La nouvelle République – article de presse du 10 Octobre 2018

Le jeu de société rassemble les générations

Publié le | Mis à jour le 

Avec son catalogue de plus de trois cents références L’Utopithèque propose à différentes générations de se retrouver autour d’un jeu de société ou d’un jeu de plein air.
© Photo NR

L’association L’Utopithèque propose à travers plus de trois cents jeux de société et en bois de faire rencontrer petits et grands.

Mixer les publics et les générations. Pour beaucoup, les jeux de société riment avec dimanche après-midi pluvieux et parties interminables. Une vision erronée que l’association L’Utopithèque se charge de rectifier. « L’association est collégiale, elle propose des animations sur tout le territoire de l’Indre, explique Noah Menguy, l’un des cinq membres fondateurs. Ça se destine aux particuliers comme aux collectivités. »Née à la fin du mois de mars, L’Utopithèque propose également des jeux en bois et des ateliers pour les construire.
Soirées jeux chaque vendredi soirSans local pour le moment, l’association se déplace, par exemple, dans les bibliothèques ou ailleurs. « Dans le cadre de la Semaine bleue, on fait une intervention à la Maison des seniors », ajoute-t-il. De retour dans les bonnes grâces de nombreux joueurs, les jeux de société sont parfois mal compris. « Beaucoup de gens pensent qu’ils sont destinés aux enfants », regrette-t-il. Pourtant, l’association met un point d’honneur à avoir des jeux accessibles à tous les joueurs, les initiés comme les novices. Chaque vendredi soir depuis le mois de septembre, entre 19 h 30 et 23 h 30, Noah et les autres membres invitent ceux qui le souhaitent à la salle Madeleine-Sologne pour des soirées jeux basées sur la convivialité. « On essaye de faire des espaces de jeu pour permettre aux gens de se rencontrer, ajoute Noah Menguy. On casse le côté compétitif que l’on peut avoir. Notre but est que tout le monde s’amuse dans une bonne ambiance. » Même si L’Utopithèque n’est pas la seule association à proposer des animations autour du jeu de société, puisque Jouons à Châteauroux permet également à des joueurs de se rassembler, Noah Menguy fait la différence entre les deux associations : « Jouons à Châteauroux rassemble en majorité des gens qui sont habitués à jouer aux jeux de société et qui apportent leurs propres jeux, glisse-t-il. Nous, nous fournissons les jeux aux gens qui viennent, nous les conseillons et nous les guidons ». Mais pour autant, Noah Menguy ne considère pas les deux associations comme concurrentes : « Il y a de la place pour tout le monde », s’amuse-t-il. L’Utopithèque compte aujourd’hui une trentaine de membres, dont les cinq fondateurs. Rendez-vous ce vendredi pour de nouvelles parties.